Immersion chez les indiens de l’Orénoque

  • 5 jours / 4 nuits
  • Facile
  • Envoyer
  • Envoyer à un ami

    Immersion chez les indiens de l’Orénoque

    Immersion chez les indiens de l’Orénoque

    Destinataire :

    * Champs requis

    Annuler ou 

  • Une vraie coupure de la civilisation
  • Immersion dans un autre mode de vie
  • Contacts authentiques avec les indiens du Delta
Voir tous les circuits «Delta de l'Orénoque»

JOUR 1 : --- / Delta

JOURS 2, 3 ET 4 : Delta

JOUR 5 : Delta / ---

JOUR 1 : --- / DELTA

  • Le matin, départ par la route en direction de l’embouchure de Delta de l’Orénoque. Arrivée 1h et demi après au port de Boca de Uracaoa, nous embarquons sur une grande pinasse motorisée pour une heure et demi de navigation sur le fleuve Manamo, l’un des affluents de l’Orénoque. Le paysage change totalement de ce que nous avons vu jusqu’alors, les plaines de de la région de Maturin font place à un labyrinthe de rivières et forêts, royaume de centaines d’espèces d’oiseaux et des indiens Waraos, installés ici depuis plus de 7000 ans.
  • Accueil par l’équipe locale au campement Ubanoco sur l’île de Zagaray. Le campement composé de bungalows doubles, au cœur de la forêt tropicale et en bord de rivière, est entièrement géré par une famille d’indiens Waraos et son activité contribue à faire vivre des dizaines de personnes. Nous y sommes bercés par le chant du tisserand, oiseau national du pays et flânons avec délice dans le jardin tropical planté de fleurs et d’arbustes de la région. Chaque bungalow est équipé de 2 lits simples pourvus de moustiquaires, d’un coin douche et toilettes, avec eau à température ambiante et électricité.
  • Déjeuner dans le carbet-restaurant
  • Dans l’après-midi, après une pause, nous empruntons en pirogue le fleuve Manamo puis la rivière Guacajarita pour débuter l’exploration du monde aquatique et végétal qui nous entoure. Singes, échassiers, martins pêcheurs, hoatzins, aigrettes s’ébattent devant nous, au loin, les buffles paissent dans les champs marécageux.
  • En soirée, apéritif de bienvenue et diner au carbet restaurant

 

JOURS 2, 3 et 4 : DELTA

  • Pendant 3 jours, nous oublions la civilisation moderne et plongeons au cœur de la vie des Indiens Waraos et de leur environnement naturel
  • Nous traversons plusieurs communautés indiennes. A chaque fois, c’est l’occasion de mieux comprendre comment les 25 000 membres recensés de l’ethnie waraos ont eu l’audace d’arriver jusqu’ici sans eau potable, électricité, donc télé (mais comment font-ils ?), argent, ni aucune technologie quelconque, tout en conservant (presque) intacts leur mode de vie traditionnel et leur intégrité, fait assez rarissime dans le monde pour mériter d’être souligné. A leur actif cependant (peut-être la clef de l’énigme ?), connexion totale avec et respect profond du milieu ambiant, grande connaissance de ce même milieu, éloignement des lieux stratégiques pour la civilisation et/ou urbains, solidarité, convivialité, sagesse.
  • Le Delta c’est aussi un écosystème d’une grande vitalité. Nous partons pendant ces quelques jours hors du temps à la recherche des dauphins d’eau douce, singes hurleurs et capucins, ibis rouges, aras et toucans, échassiers et martins pêcheurs, petits caïmans et boas constrictors.
  • Nous découvrons les maisons sur pilotis des Waraos regroupés en communautés le long des rivières, leurs pirogues curiaras faites en bois de cachicamo (à bord desquelles nous nous essaierons à pagayer « à la warao »), nous visitons une école communautaire financée par le gouvernement, nous marchons en forêt guidés par un pisteur warao qui nous enseigne les vertus nutritives et médicinales des plantes sylvestres.
  • Nous organisons un atelier vannerie, artisanat développé parmi les Waraos, afin d’apprendre à tresser le hamac en fibre de palmier moriche et de confectionner un panier qui sert à transporter l’eau entièrement réalisé avec des éléments végétaux. Nous apprenons à faire du feu en frottant, non pas des cailloux totalement absent du delta, mais des bâtonnets de bois bien spécifiques et préparés en conséquence.
  • Nous accompagnons nos hôtes dans leur lopin de terre appelé conuco afin de les aider aux diverses tâches du moment, semis, plantations, nettoyage, récolte ou bien nous les suivons dans une partie de pêche.
  • Le jour 3, nous dormons à côté de la communauté de Jauna, où nous installons nos hamacs équipés de moustiquaires dans une maison traditionnelle sur pilotis à l’orée de la forêt, endroit magique ou l’eau paisible reflète la canopée et les cris des singes hurleurs interrompent par intermittence le calme de la nuit
  • Le jour 4, notre nouveau lieu de nuit s’appelle Simuina, c’est un eden tropical, cerné de palétuviers et nénuphars. Nous y séjournons aussi en hamacs Comme la veille, l’endroit dépourvu d’électricité, dispose d’un coin toilette. La douche se prend à même la rivière.
  • Le jour 5, nous revenons à notre premier campement, Ubanoco.

 

JOUR 5 : DELTA / ---

Retour à Boca de Uracoa, puis Maturin

FIN DE NOS SERVICES